Coca-Cola, exemplaire unique

24 octobre 2012

Madame, monsieur,

Écrivez-moi de toute urgence. Je crois que vous pourriez avoir en votre possession une bouteille extrêmement rare.

Charles-Étienne Lacroix

Bonjour, je sais très bien que cette bouteille est unique. À quoi pensez-vous?
Jocelyn

Bonjour,

Mon nom est Carl St-Cyr, premier héritier de la famille
St-Cyr . Dans ma vie, je suis extrêmement fier de deux choses: l’immense fortune dont j’ai la responsabilité et mon impressionnante collection de bouteilles de Coca-Cola. J’ai travaillé pendant de longues années à amasser des bouteilles non décapsulées provenant non seulement de divers pays, mais aussi et surtout, de diverses époques. J’ai longuement cherché une bouteille intacte provenant du Canada au cours des années 1970, mais pour une raison que j’ignore, celle-ci m’a toujours échappée. J’ai littéralement remué ciel et terre afin de me procurer ce rare nectar, mais sans succès. Si vous aviez effectivement cette rarissime bouteille en votre possession, ma collection pourrait enfin être complète.

Par ailleurs, je dois vous aviser immédiatement que, malgré ma situation financière plus que confortable, je ne suis pas prêt à payer votre prix de départ d’un million de dollars canadiens. Mon but n’est pas non plus de vous insulter. Je sais comme vous que cette bouteille est exceptionnellement précieuse. C’est pourquoi je suis prêt, en assumant que la bouteille est en parfaite condition, à vous verser la somme de deux cent cinquante mille (250 000) dollars canadiens pour l’obtenir.

PAR CONTRE, lisez attentivement ce qui suit. Je m’engage à vous verser cette somme seulement si la bouteille est effectivement ce que vous prétendez qu’elle est. Pour ce faire, j’aurai besoin d’une confirmation visuelle. Je présume que la photo que vous avez utilisée dans votre annonce n’est pas celle de la bouteille en question. Il sera donc indispensable que vous me fassiez parvenir TROIS (3) photographies de bonne qualité de la bouteille que vous voulez me vendre. De ces trois clichés, l’un doit être pris de face, le second de dessus et le troisième de dessous. Il va sans dire qu’il serait préférable que la bouteille soit disposée sur un fond blanc afin que moi et mon équipe puissions adéquatement évaluer la qualité du produit.

Je vous pris, monsieur, d’agréer mes plus sincères salutations, en espérant avoir de vos nouvelles le plus prestement possible.

Carl St-Cyr

Bonsoir M. Lacroix,

J’ai achetée cette bouteille vers la fin du printemps 1973 et je l’ai conservé depuis cette époque, donc tout près de 40 ans.
Coca-Cola avait mis en branle un tirage qui consistait à gagner l’une des 10 bicyclettes 10 vitesses avec une des 10 capsules gagnantes.
J’ai acheté cette bouteille dans un petit casse-croûte tout près du chantier maritime Davie Shipbuilding à Lauzon.

Je comprend aisément que vous souhaitiez faire expertiser la bouteille et que pour cela vous avez besoin de photos.
Je vous fait parvenir une première photo vue de dessus, c’est-à-dire, vue sur le bouchon. Vous remarquerez le bouchon porte son age.
Afin de bien se situer dans cette transaction, vous me faites savoir que vous êtes propriétaire d’une immense collection de bouteille non décapsulées.
Vous serait-il possible de me permettre de visiter cette collection qui me prouverait vos dires.
Moi de ma part, je crois qu’il vous sera tout à fait possible de reconnaître l’age avancé de ma bouteille au travers cette photo.

Bien à vous, Jocelyn

Pièce jointe : Photo.jpg

Monsieur ████,

Cette première photographie est effectivement conforme à mes exigences. Je constate que la bouteille a été laissée à vieillir de façon naturelle, ce qui est une très bonne chose. Le bouchon semble être en bon état et ne porter aucune marque ou trace d’un choc quelconque. Par contre, j’ai cru remarquer la présence de ce que nous, les collectionneurs aguerris, appelons des « fécalités » sur le bouchon. J’ai soumis votre cliché à mes experts, et ils m’ont effectivement confirmé cela. Sans vouloir trop vous questionner sur votre vie privée, je dois vous poser une question plutôt personnelle. Est-ce possible, Mr. ████, que vous ayez mis cette bouteille dedans, dessus, ou autour de votre anus ? Je vous rassure tout de suite, cette pratique est très courante chez les collectionneurs. Je me suis moi même quelques fois donné beaucoup de plaisir avec certaines bouteilles, mais jamais avec une d’une valeur aussi grande que celle que vous avez peut-être en votre possession. Si nous allons faire affaire ensemble, j’aurais besoin de votre totale honnêteté sur ce sujet.

Sinon, votre première photo correspond parfaitement à mes attentes. J’attendrai avec impatience les deux autres images dont j’ai besoin pour poursuivre mon évaluation de la bouteille, soit celle de face et celle de dessous. De mon coté, je vais poursuivre mes recherches grâce aux nouvelles informations que vous m’avez fournies. Pour ce qui est de ma collection, vous aurez effectivement le privilège de la visiter lorsque nous procéderons à l’échange, en supposant bien sûr que vous avez effectivement en votre possession la bouteille que je recherche.

Sincèrement,

Carl St-Cyr

Désolé pour vous, je ne suis pas du genre à me passer une bouteille là où vous le prétendez. Ce que vous croyez voir, vous et vos experts, c’est plutôt de la rouille.
C’est regrettable mais nous en resterons là pour la bouteille.
Si vous êtes réellement acheteur, vérifié auprès de Coca-Cola, il la connaisse ma bouteille. Deux de ses représentants sont venus chez-moi la photographier. La dernière fois, c’était au printemps 2000. De plus si elle serait fausse cette bouteille, croiriez-vous réellement que Coca-Cola me laisserait la publier sur internet? Je n’ai aucune crainte au sujet du fait que vous pourriez communiquer avec Coca-Cola et de plus, ça serait même mieux ainsi.
Au plaisir et bonne chance pour trouver votre bouteille manquante.
Jocelyn

Mr. ████,

Détrompez-vous tout de suite si vous croyez qu’une petite quantité de matières fécales va me décourager d’acheter cette bouteille unique. Au cours de ma carrière de collectionneur, je me suis procuré maintes bouteilles ayant été dans des endroits beaucoup plus choquants que le rectum d’un homme de Saint-Henri. Laissez-moi vous rassurer, je désirerais acheter ce précieux contenant même si j’avais à aller le repêcher au fond d’un océan de diarrhée. Cette bouteille serait le joyau de ma collection et je crois que vous faites une grave erreur en mettant fin à nos négociations si prématurément.

En vous demandant si vous vous étiez donné du plaisir avec cette bouteille, mon but n’était aucunement de vous offenser. Je cherche seulement à obtenir le plus de renseignements possible sur ce réceptacle afin de faire un achat informé. Je vous implore de reconsidérer votre décision et de m’envoyer les deux autres photos dont j’ai besoin pour évaluer la bouteille. Ne vous retirez pas si vite de cette vente Mr. ████. Nous parlons tout de même ici d’une somme de plusieurs centaines de milliers de dollars.

Encore une fois, je vous prie de reconsidérer votre choix et d’accepter mes plus sincères excuses si je vous ai offensé.

Bien à vous,

Charles-Étienne Lacroix

Laissez moi tranquille avec vos histoires de diarrhée.

Ok.

Charest, mets tes culottes (Les PolitiCHIENS)

16 août 2012

Je suis un père de famille! J’ai deux beaux enfants que j’adore et une femme ben correcte! Je suis un honnête citoyen qui se force le cul 40 heures par semaine à sa job pis qui paye des taxes à n’en plus finir!

…Pis j’en ai plein mon criss de voyage!1! À chaque élection hostie j’me fait faire faire des belles promesses pis rien change jamais! Yé temps qu’on change que ça change jamais! Fait que j’ai décidé de prendre les choses en main pis d’me faire un « bloggue » pour dire mon opinion, pis mais aussi dire les vraies affaires! Pour commencer, j’ai décidé de composer une lettre que j’ai envoyée à tous les chefs de parti (Jean Charest, Pauline Marois, François Legault, Amir Khadir [on fera pas semblant que l’autre madame avec lui à l’a du pouvoir], Jean-Martin Aussant pis le chef du Parti Vert que j’sais pas son nom pis j’men criss) pour leur dire de c’que j’pense!!

Les PolitiCHIENS

Chers (vous valez pas cher) politiCHIENS,

Salut. C’est Donald, un de vos CHIEtoyens (je dis bien CHIE parce que j’en ai plein l’cul de vos simagrées pis aussi j’trouve que vous êtes de la marde). On est enfin en campagne électANALE (la politique c’est de la MARDE) fait que j’va pouvoir vous dire exactement ce que j’pense de vous (mes simonaques de vlimeux). On y va.

Premièrement, Jean ChaRAIE (la raie d’un cul). Salut, le DÉSHONNORABLE Jean ChaRAIE, comment ça va? Moi, pas pire. Je vois que t’as déclenché une campagne électORALE (c’est juste des belles paroles ton affaire). Laisse moi te dire que toi pis tes libérEAU (vous vous abreuvez à même la source de la corruption) vous avez transformé le Parlement en ParleMENT (mensonges) et le Fleurdelisé en FleurdeRISÉE.

Pauline MaFOI (est toujours scandalisée, elle là), salut. Une femme en politique? Je savais pas que ça s’appelait la campagne électoVAGINALE (les femmes en politique c’est toutes des mégères pis des chipies). Retourne porter ton carré ROUGE (j’ai pas vraiment trouvé de jeu de mot pour celui-là mais les étudiants c’est toutes des bébé-lalas).

François LeBEAU. Je vet votez pour toi.

ADMIRE Khadir (il se trouve tellement beau) de QuéB-S SoliTAIRE (ton parti de marde c’est le parti des B-S et tu devrais te TAIRE). Tu es un député? Es-tu sûr que tu n’es pas plutôt un PRISONNIER? (Je t’ai vu te faire arrêter à TVA, criss de bandit) Retourne donc dans ton compté de NON MERCIer (criss de frais chier).

Jean-MARTIN-PÊCHEUR Aussant : Je ne sais rien sur toi. T’es surement un criss de laitte.

Le gars du parti VERt DE TERRE : T fif.

J’vous gage une piasse qu’aucun de vous va avoir les COUILLES de me répondre.

NON-sincèrement vôtre,

Donald.

Au tour du Mexique de se produire au Festival d’explosions de Québec

4 août 2012

(Ce texte a été écrit en 2011 en hommage aux Grands Feux Loto-Québec. Je suis trop lâche pour changer les dates et les références. Deal avec.)

Les amateurs d’explosions de la ville de Québec se sont rassemblés par unités, voir même par dizaines hier pour assister à la 17e édition du Festival d’explosions de Québec. Les amateurs de sensations faibles s’étaient donnés rendez-vous devant les chutes Montmorency afin d’assister à la démonstration explosive de l’équipe mexicaine. La délégation du pays des tacos en a d’ailleurs mis plein la vue aux spectateurs, enchaînant les explosions toutes plus explosives les unes que les autres.

Il va sans dire que les passionnés de détonations en ont eu pour leur argent, comme nous l’explique l’un des spectateurs : « J’ai payé trente piasses pour mon billet pis j’ai dû voir facile cent explosions! Ça fait à peu près un trente-sous par explosion ça! ». Effectivement, il semble que ce tarif soit très compétitif, comme nous l’explique le porte-parole de l’évènement Daniel « Boom » Desjardins : « Le festival de Québec a vraiment un bon ratio de PPB (Piasses Par Boum). On tourne autour de 0,3 PPB. Certains festivals chargent jusqu’à 0,7 PPB, moi j’ai de la misère en calvaire avec ça. J’ai du ressentiment dans l’sang, poursuit-il, c’est vraiment une honte. ».

« Un feu d’artifice, c’est comme la rage dans une cage.» nous explique le chanteur de 40 ans afin d’expliquer son intérêt pour le Festival. « Quand ils [les dirigeants du Festival] m’ont approché pour me demander de devenir leur porte parole, j’ai immédiatement été emballé par l’idée. Je leur ai dit : “Retenez-moi quelqu’un, j’m’en dévore le corps!”».

De leur coté, les organisateurs des festivités étaient satisfaits du nombre d’amateurs de déflagrations qui s’étaient déplacés, mais espèrent aussi convaincre les fanatiques de couleurs d’assister aux autres spectacles. « Ce que les gens doivent comprendre, c’est que le festival célèbre bien plus que de simples explosions. Il y a aussi de la couleur dans le ciel pendant quelques secondes et de la musique. C’est vraiment un spectacle qui stimule les cinq sens, mis à part l’odorat, le toucher et le goût. » nous explique le directeur du festival, Daniel Papou. « Avec les nouvelles technologies, nous sommes vraiment capables d’aller chercher une bonne panoplie de couleurs, poursuit-il. Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet, ce ne sont là qu’une fraction des teintes que l’on peut obtenir. Sept huitièmes pour être plus précis, l’autre couleur est le blanc. »

Pour les amateurs, le consensus semblait clair hier soir. La représentation de l’équipe provenant du pays où la nourriture donne la diarrhée en a laissé plus d’un bouche bée. Michel Michaud était de ce nombre et il nous a décrit son expérience : « Dans la vie, je n’ai que deux passions : le son “Boum!” et la musique mexicaine. Cette prestation est vraiment venue me chercher en combinant les deux choses que j’aime le plus au monde. »

Le festival sait aussi impressionner la génération skate. Jimmy, 15 ans, a semblé apprécier le spectacle : « C’était juste trop fou! Ca faisait “POUM!” genre full de fois! ».

Lorsque nous avons interrogé l’équipe mexicaine sur les secrets d’une performance réussie, ils nous ont répondu d’un simple et énigmatique « ¿Qué? ».

Du point de vue des nouvelles technologies, le Festival a su mettre toutes les chances de son côté. Il est en effet possible de suivre les performances en direct via le populaire réseau social Twitter à l’adresse @Explosions_2011.